Les Ateliers de l'IGN

Dans le cadre de ses missions et de son champ de compétences, l'institut a créé, en 2014, les Ateliers de l’IGN, cycle de rendez-vous à l’occasion desquels sont abordées des problématiques liées aux données géographiques.

Les Ateliers de l'IGN

L’essor du numérique et des technologies mobiles place l’information géographique au centre des mutations administratives, sociales, environnementales et économiques. Pour permettre à l’État d’adapter ses services publics et de poser les jalons de ce que pourrait être un géo-service public du numérique, l’IGN a initié, en 2014, les Ateliers de l’IGN.

Conçus comme des lieux de rencontres et d’échanges entre des acteurs publics et des membres de la société civile, ces ateliers ont pour objectifs de confronter les expériences, de croiser les compétences, de faire émerger des pistes de nouveaux services à apporter au public, de créer des synergies. Un cahier d’acteurs est édité en fin de chaque cycle de rencontres.

C’est aussi une manière de contribuer à une vision partagée de ce que pourrait être la géolocalisation au service de la société et des politiques publiques.

Retour sur l'atelier 2019

Comment mettre en œuvre la gouvernance ouverte des données géographiques souveraines ?

Le 17 septembre 2019, l’IGN a pris l’initiative de réunir à Montpellier, une vingtaine de décideurs publics des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour réfléchir ensemble aux principes de fonctionnement et aux modalités concrètes de mise en œuvre de la gouvernance ouverte des données géographiques souveraines.

Illustration ateliers de l'IGN

Les participants à cet atelier ont pu s'accorder sur les valeurs fondamentales exprimant leur vision de la gouvernance ouverte : la mutualisation, la transparence, la confiance, l’ouverture et les décisions partagées. Ils ont également statué sur les principes garants d’un bon fonctionnement en gouvernance ouverte : la séparation des fonctions de priorisation des besoins et d'exécution des productions pour assurer la neutralité des décisions, la nécessité de disposer d’une organisation souple, et l’impératif de la prise en compte des réalités propres à chaque territoire. Enfin, les attentes vis-à-vis des rôles joués par les acteurs publics de cette gouvernance (CNIG, CRIG et IGN) ont été précisées. 

Cette réflexion fait écho à un rapport au Gouvernement de Valéria Faure-Muntian. Dans ce rapport, la députée recommande de repenser la gouvernance de l’écosystème de la donnée géographique publique pour mieux fédérer les efforts des acteurs publics en matière de production de données, tout en répondant aux enjeux de transformation numérique.

Retour sur les ateliers 2016-2017

Avec la mise en place de la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NoTRE) en 2015, la constitution de nouvelles régions et l’accélération du processus d’ouverture des données publiques, l’IGN a jugé pertinent d’organiser de nouvelles rencontres davantage ancrées dans des problématiques territoriales. 

Ainsi, en 2016 et 2017, l’institut a mené un cycle de six ateliers en région qui a réuni près de 200 décideurs publics, entreprises et représentants de la société civile pour engager une réflexion collective sur l’information géographique appliquée à plusieurs sujets : les risques naturels à Aix-en-Provence, l’innovation et l’ouverture des données publiques à Lyon, l’aménagement du territoire à Bordeaux, la ressource forestière à Nancy, l’environnement et la biodiversité à Rennes ou encore le croisement des données spatiales et de l’information géographique à Toulouse. 

6 rencontres régionales

200 décideurs réunis

10 propositions concrètes

Retour sur les ateliers 2016-2017

En cliquant sur lecture, vous acceptez les cookies provenant de YouTube

Dix propositions concrètes issues des ateliers

L’IGN a synthétisé les réflexions et identifié dix propositions concrètes et détaillées issues des travaux des six ateliers régionaux organisés en 2016 et 2017. Elles sont articulées autour d’axes prioritaires en matière de production, de diffusion et d’usage des données géographiques et forestières pour l’appui des politiques publiques. 

Ces propositions ont fait l'objet d'un sondage en ligne auprès d'un échantillon de personnalités qualifiées qui a permis de mesurer leur importance. 

Télécharger les résultats détaillés du sondage sur les dix propositions des ateliers (717 Ko)

Les thématiques abordées

Quel apport des données spatiales et de l’information géographique pour les services numériques de demain ?

12 octobre 2017, Toulouse

La région Occitanie est un territoire particulièrement dynamique : activités économiques, industries, transports, infrastructures, flux de population, urbanisme, tourisme, agriculture… Au regard de ce contexte, la connaissance de ce territoire et la maîtrise de son évolution représentent donc des enjeux particulièrement importants. Riche d’une communauté bien structurée d’acteurs (industriels, chercheurs, opérateurs publics), l’Occitanie est en pointe dans le développement d’infrastructures de données spatiales et d’initiatives de valorisation aval par des produits et des services.

Les participants de cet atelier ont été invités à réfléchir aux questions suivantes :

  • Comment organiser la rencontre des utilisateurs d’information géographique et de ceux des données spatiales pour développer de nouveaux services ?
  • Comment favoriser l’utilisation des données publiques de référence par les acteurs économiques ?
  • Comment favoriser l’émergence de services innovants utilisant des données géographiques d’origines diverses ?
  • Que faudrait-il mettre en œuvre pour exploiter pleinement le potentiel offert par les données disponibles de l’Open Data et du Big Data ?

Télécharger la note de cadrage de l’atelier sur l’apport des données spatiales et de l’information géographique (252 Ko)

Participants

Quels services et données géographiques ou forestières au bénéfice de l’environnement et de la préservation de la biodiversité ?

6 avril 2017, Rennes

Sur un territoire de 27 208 km², la région Bretagne est riche de paysages variésénbsp;: falaises, dunes, plages, lande, bocage, forêts, terres cultivées… C’est aussi 2 730 km de côtes, plus de 800 îles et 30 000 km de rivières. La Bretagne est une des toutes premières régions de France pour le nombre d’espaces protégés (9 réserves naturelles, une cinquantaine de sites Natura 2000, plus de 320 sites classés).

Cet atelier a permis de dresser un état des lieux et d’élaborer des propositions sur la manière dont l’information géographique et forestière peut accompagner les politiques publiques en matière d’environnement, de préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité, de reconquête de la qualité de l’eau et de développement des énergies renouvelables dans la région Bretagne :

  • Quels sont pour les acteurs, les besoins d’informations géographiques ou forestières, pour une politique environnementale ?
  • De quels services les acteurs souhaiteraient-ils disposer pour cette politique ?
  • Quels portails et outils collaboratifs leur seraient utiles pour partager l’information et communiquer ?
  • Quelles synergies peuvent être mises en place pour répondre à ces besoins ?

Télécharger la note de cadrage de l'atelier sur l'environnement et la préservation de la biodiversité (265 Ko)

Participants

Quelles informations géographiques et forestières pour soutenir la filière forêt-bois ?

21 mars 2017, Nancy

La forêt en France représente un réel atout pour développer durablement les territoires, pour accompagner la transition écologique et énergétique (lutte contre l’effet de serre) et pour la bioéconomie. Le tiers du Grand-Est est recouvert de forêts parmi les plus diversifiées en termes d’essences forestières. Cette région dont l’activité forêt-bois génère un chiffre d’affaire de 11 milliards d’euros par an et plus de 55 000 emplois est aussi la deuxième en termes d’emplois dans le domaine forêt-bois. Les acteurs publics et privés travaillant autour de la forêt et du bois ont donc besoin d’informations de référence à l’échelle de la région et des territoires qui la compose. Les filières forêt, bois et biomasse sont des filières d’avenir dans la région Grand-Est, et nombreux sont les projets de développement ou d’implantation de nouvelles usines et chaufferies sur le territoire de la nouvelle région. Les forêts couvrent près du tiers de la superficie de cette région, avec 1,9 millions d’hectares. Elles hébergent un stock de bois évalué à plus de 380 millions de m3, soit 15 % du stock national, et contribuent significativement à la récolte française, avec respectivement 23 % de la récolte feuillue et 14 % de la récolte résineuse (source IGN 2015).

Ce quatrième atelier régional a permis de mieux identifier les besoins en informations géographiques et forestières permettant de répondre aux enjeux de développement économique, de transition écologique, de transition énergétique et de bioéconomie au niveau de la région Grand-Est :

  • Quels enjeux économiques, écologiques et sociaux autour de la forêt et du bois dans la région Grand-Est ?
  • Quelles informations de description des territoires pertinentes pour répondre à ces enjeux ?
  • Comment s’organiser pour disposer des informations nécessaires (production, mise à disposition) ?

Télécharger la note de cadrage de l’atelier sur la ressource forestière (238 ko)

Participants

Quels services et données géographiques pour un aménagement durable du territoire ?

7 février 2017, Bordeaux (Saint-Médard-en-Jalles)

La région Nouvelle-Aquitaine est la plus vaste des régions métropolitaines, troisième région économique, mais aussi la région la plus boisée et la plus agricole, dotée de 720 km de littoral et de paysages contrastés ruraux et montagneux. Elle compte 5,8 millions d’habitants. Une attractivité économique, des atouts touristiques, un solde migratoire positif et une croissance démographique forte sur le littoral, dans les couronnes périurbaines et le long des infrastructures routières la caractérisent. La progression des surfaces artificialisées est plus rapide que dans d’autres régions et les durées des trajets domicile-travail s’allongent.

Ce troisième Atelier de l’IGN a permis de dresser un état des lieux et d’élaborer des propositions sur la manière dont l’information géographique peut accompagner la définition et la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme, et ce à travers six grands sujets : la maîtrise du foncier, la conception et la programmation, la réglementation et la planification, la réalisation d’études de faisabilité, l’exploitation et la maintenance, la communication.

Les participants seront invités à faire part de leurs attentes, au regard de leur expérience, et les échanges seront articulés autour des questions suivantes :

  • Quels sont pour les acteurs, les besoins d’information géographique, pour un aménagement durable et équilibré de leur territoire ? Pour quelle phase ?
  • Quels sont les services dont les acteurs souhaiteraient disposer pour aménager le territoire ?
  • Quels sont les portails et les outils collaboratifs qui leur seraient utiles pour observer le territoire, partager l’information et communiquer ?

Télécharger la note de cadrage de l’atelier Aménagement du territoire et Urbanisme en Nouvelle-Aquitaine (252 Ko)

Participants

Innovation, ouverture des données, géolocalisation : quels développements pour les territoires ?

13 décembre 2016, Lyon

L’innovation, est de fait une source de développement pour les territoires qui cherchent à améliorer leur compétitivité et leur attractivité afin de faire face à un contexte toujours plus évolutif et concurrentiel. De multiples initiatives voient le jour pour créer des conditions favorables à l’émergence de projets innovants, créateurs d’emplois et participant à la qualité de vie des habitants. Elles s’appuient sur la politique d’ouverture des données publiques et d’accès aux données engagée par le Gouvernement pour créer de la valeur et favoriser l’émergence de nouveaux services numériques utiles aux citoyens.

La loi du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) a confié à la Région la définition d’un Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII) qui précise notamment les orientations en matière d’aides à l’innovation et à l’orientation d’attractivité du territoire régional. Dans ce cadre, cet atelier se proposait de définir les pistes de développement pour les territoires en matière d’innovation, d’ouverture des données et de géolocalisation :

  • Comment s’organise-t-on à l’échelon régional pour mettre en place une vraie politique d’open data ?
  • Comment accompagne-t-on les bénéficiaires ?
  • Quelle coordination des moyens existants et quels dispositifs à combiner pour améliorer le fonctionnement ?
  • Comment s’assure-t-on du déploiement et de la pérennité des innovations soutenues ?

Télécharger la note de cadrage de l’atelier Innovation, ouverture des données, géolocalisation (256 Ko)

Participants

Face aux risques naturels, quelles innovations de l’information géolocalisée ?

13 octobre 2016, Aix-en-Provence

En France, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) est la plus exposée aux différents aléas naturels. L’actualité nous le rappelle régulièrement avec une fréquence accrue des phénomènes et une ampleur croissante de leurs impacts due à l’augmentation de la population et de la fréquentation touristique dans la région.

Feux de forêts, inondations, séismes, mouvements de terrain… les échanges lors de cet atelier se sont articulés autour des questions suivantes :

  • En quoi le collaboratif peut-il aider à améliorer la surveillance (prévision, vigilance, alerte) ?
  • Comment mettre en œuvre le partage des données entre acteurs de la prévention des risques et de la gestion de crise ?
  • Comment assurer en période de crise l’accès aux données ?
  • Quelles sont les données métier que les acteurs souhaiteraient ajouter au Référentiel à grande échelle (RGE®) ?

Télécharger la note de cadrage de l’atelier Risques Naturels en PACA (252 Ko)

Participants

  • Administrations et établissements publics : Préfecture de la région PACA – DREAL PACA (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) – SCHAPI (Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations) – BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) – IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) – Entente pour la forêt méditerranéenne - CEREMA Méditerranée – ENSOSP (École Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers) 
  • Société civile : CRIGE PACA – Fransylva (Syndicat des forestiers privés de France) – CYPRES (Centre d'information pour la prévention des risques majeurs)
  • Collectivités territoriales : Ville d'Aix-en-Provence – Ville de Cannes – Région PACA
  • Entreprises : SAFE Cluster – Thales Alenia Space – CII Telecom – Weather Measures

Mis à jour le 19/10/2020