Autour de la Terre

Après le Brexit, quel est désormais le centre géographique de l’UE ?

Depuis sa création en 1957, la Communauté économique européenne, devenue entre-temps l’Union européenne, a vu son centre géographique se déplacer régulièrement au gré de l’intégration de ses 28 états membres. Le Brexit, en 2020, a lui aussi rebattu les cartes, braquant symboliquement les projecteurs sur une nouvelle localité...

Publié le 03 mai 2021

Temps de lecture : 5 minutes

Selon la méthode de calcul mise au point en 1987 par Jean-Jacques Affholder, ingénieur géographe de l'IGN, le point géographique central de l'Union européenne se situe depuis 2020 sur le territoire du petit village bavarois de Gadheim, en Allemagne. Le centre de gravité de l'espace communautaire reste donc allemand, ainsi qu’il l’a été depuis le 1er mai 2004, après s'être trouvé tour à tour en Suisse, en France, puis en Belgique. 

Des déplacements nombreux dans l'histoire de la construction européenne

Ironie du sort, c'est à Peyres-Possens en Suisse, un pays qui n'a jamais intégré l'Europe communautaire, que se trouve le premier centre géographique de la CEE en 1957.
Ensuite, entre 1973 et 1995, celui-ci se déplace en France : d'abord à Frampas (Haute-Marne), puis à Fougerolles (Haute-Saône), à Saint-André-Le-Coq (Puy-de-Dôme) et enfin à Saint-Clément (Allier).
En 1995, le centre repasse nos frontières pour s'établir en Belgique, à Viroinval (Wallonie).
De 2004 à 2006, il vient se situer pour la première fois en Allemagne, à Kleinmaischeid (Rhénanie-Palatinat).
En 2007, avec l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie, le centre géographique de l'UE migre vers l’Est et se place dans la commune de Gelnhausen (Hesse).
L'adhésion de la Croatie en 2013 le fait ensuite basculer en Bavière, à Westerngrund.
En 2014, bien qu'aucun nouveau pays ne rejoigne l'Europe des 28, nouveau déplacement : l’obtention par Mayotte du statut de région ultra-périphérique (RUP) de l’UE en décale le point central vers le Sud-Est, toujours dans la commune de Westerngrund.
Dernier rebondissement en date, le Brexit, officialisé en janvier 2020, impulse un nouveau glissement vers l’Est : le centre de l'UE reste en Allemagne mais se situe désormais dans le petit village de Gadheim, en Bavière.

La lecture de cartes illustrant les différents centres géographiques de l’UE fournit une intéressante clé de lecture des évolutions de l’espace communautaire. On constate ainsi que chaque mouvement du centre de gravité est bien dirigé dans la direction des pays dernièrement intégrés. La seule exception concerne le passage, en 1995, de douze à quinze états, en raison de la prise en compte simultanée des territoires ultramarins. Le Brexit, processus inédit dans l’histoire de l’espace communautaire, est à l’origine d’un nouveau glissement vers l'Est. 

Pour l'affichage de la carte sur mobile, inclinez votre écran à l'horizontale (format paysage).

Les centres de l'Europe communautaire et leurs coordonnées géographiques

  • 1957 (CEE à 6) : Peyres-PossensCanton de Vaud, Suisse
  • 1973 (CEE à 9) : Frampas, Haute-Marne, France
  • 1981 (CEE à 10) : Fougerolles, Haute-Saône, France
  • 1986 (CEE à 12) : Saint-André-le-Coq, Puy-de-Dôme, France
  • 1990 (CEE à 12 - Réunification allemande) : Saint-Clément, Allier, France
  • 1995 (UE à 15) : Viroinval, Wallonie, Belgique
  • 2004 (UE à 25) : Kleinmaischeid, Rhénanie-Palatinat, Allemagne
  • 2007 (UE à 27) : Gelnhausen, Hesse, Allemagne
  • 2013 (UE à 28) : Westerngrund, Bavière, Allemagne
  • 2014 (UE à 28 avec Mayotte) : Westerngrund, Bavière, Allemagne
  • 2020 (UE à 27) : Gadheim, Bavière, Allemagne

Télécharger le fichier des coordonnées géographiques des centres de l'Europe communautaire au format .ods (15 Ko) ou au format .geojson (4Ko)

Comment calcule-t-on le centre géographique d'un territoire ?

Pour calculer la position d’un centre géographique, l’IGN, expert en géodésie ‐ science de la détermination de la forme, des dimensions et du champ de gravité de la Terre ‐ applique une méthode définie dans les années 1980 par Jean‐Georges Affholder, l’un de ses ingénieurs géographes. Cette méthode consiste à calculer le centre de gravité d’une surface, dont on connaît le périmètre, sur un ellipsoïde (forme mathématique semblable à une sphère légèrement aplatie et aussi proche que possible de la surface terrestre). Le point correspondant à la position du centre de gravité (ou barycentre) est celui dont la somme des carrés des distances à chaque point de la surface est minimale. On projette ensuite sur l’ellipsoïde, à partir du centre de la Terre, ce point situé un peu en dessous de la surface terrestre en raison de la courbure de cette dernière.

Ce sont toujours les mêmes algorithmes qui servent à déterminer les centres des ensembles de pays au fur et à mesure des évolutions politiques ou économiques. Mais les données utilisées ont un peu évolué : le fichier des contours de chaque état était auparavant tiré de la carte IGN des continents au 1  : 5 000 000. On se réfère aujourd’hui à celui de la Digital Chart of the world (VMap0, ex-DCW, numérisé à la demande du Département américain de la Défense à partir de cartes aéronautiques ONC au 1 : 1 000 000 compilées à partir des meilleures sources). On peut donc estimer que le centre est connu à 200 mètres près environ. À noter que les calculs de l’Europe des Douze ne se fondaient que sur les territoires européens des pays. Depuis 1995, le calcul tient compte des territoires ultramarins de l’Union.

Et pour la France métropolitaine ?

L’IGN a utilisé cette même méthode, toute conventionnelle mais systématique, pour calculer la position du centre géographique des départements, des régions et du territoire métropolitain. Le barycentre de la France métropolitaine se situe ainsi sur la commune de Nassigny (Allier), tandis que celui de la France continentale (sans la Corse) se trouve sur la commune de Vesdun (Cher).

Mis à jour le 10/05/2021