VOTRE AVIS EST IMPORTANT !

×

Souhaitez-vous participer à l'amélioration des services en ligne de l'IGN en répondant à quelques questions sur vos habitudes d'utlisation ?

Ne plus afficher ce message
20 juin 2019

Réseau GNSS Permanent : l'IGN et Exagone renouvellent leur collaboration

Le 20 juin, l’IGN a renouvelé son partenariat avec la société Exagone dans le but de maintenir et d’optimiser la qualité du réseau de stations réceptionnant les signaux des satellites de géolocalisation.

Renouvellement de la collaboration IGN-Exagone

En France, plus de 500 stations permanentes, dont 25 entretenues par l’IGN, réceptionnent en continu les signaux des satellites de géolocalisation des constellations GPS (Etats-Unis) Glonass (Russie), Galileo (Europe) et Beidou (Chine). Ces stations font partie intégrante du Réseau GNSS Permanent ou RGP (GNSS : Global Navigation Satellite System), un outil qui a pour objectifs de collecter, contrôler, sauvegarder et diffuser les données recueillies.

L’IGN joue un rôle fédérateur auprès des contributeurs du RGP. Il travaille à ce titre avec une cinquantaine de partenaires, parmi lesquels des collectivités locales, des établissements d’enseignement supérieur ou encore des sociétés privées telles qu’Exagone.

L’IGN et Exagone : partenaires depuis 2006 pour améliorer le RGP

Émanation de l’Ordre des Géomètres Experts (OGE), Exagone est partenaire de l’IGN depuis 2006. Cette société gère le réseau Teria, qui compte environ 200 stations GNSS permanentes réparties sur l’ensemble du territoire métropolitain et dans les départements et régions d’Outre-mer. Il s’agit du partenaire le plus important du RGP en termes de nombre puisqu’il contribue à hauteur du tiers du total des stations GNSS.

Une telle collaboration contribue fortement à la densité et à la répartition homogène des stations du RGP sur le territoire et améliore ainsi la détermination de systèmes de référence de coordonnées nationaux. En fédérant les moyens et des compétences spécifiques et complémentaires, elle incarne par ailleurs la nouvelle trajectoire de l’IGN qui tend vers une démarche partenariale accrue.

Le RGP, un outil de surveillance du territoire

Le RGP est un outil de positionnement dans le système légal de coordonnées au service de la communauté de l’information géographique. Il est aussi un instrument indispensable de surveillance du territoire grâce auquel ont pu être identifiés des phénomènes géographiques difficilement perceptibles comme le soulèvement des Alpes ou le déplacement de l’archipel de Mayotte.

Observation géodésique à la suite de la crise tellurique à Mayotte

L’apport du RGP à la surveillance du territoire a été démontré dans le cadre du suivi de la crise tellurique à Mayotte. En effet, alors que l’archipel connaît depuis mai 2018 une suite quasiment ininterrompue d’événements sismiques d’amplitude significative, les observations géodésiques relevées par les quatre stations du RGP implantées localement ont mis en évidence un déplacement important de Mayotte depuis juillet 2018, au rythme mensuel d’environ 1,5 cm vers l’est et de 1,2 cm en vertical. Ces observations ont conduit les géophysiciens à formuler dès novembre 2018 l’hypothèse d’une origine volcanique. Une hypothèse qui a été confirmée en mai 2019 par la découverte d’un volcan sous-marin à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Mayotte, lors d’une expédition du navire océanographique Marion-Dufresne.

À la suite d’un appel à projets du CNRS, l’IGN et le réseau Teria se sont associés, avec d’autres partenaires, pour contribuer, au moyen d’observations géodésiques par GNSS, à la compréhension du phénomène en cours à Mayotte. De nouvelles stations ont été implantées sur l’archipel et sur les territoires alentours (îles Glorieuses, Madagascar). Les données ainsi acquises sont mises à disposition de la communauté scientifique à des fins d’étude et d’analyse.

Le schéma mis en place dans le cadre de cet appel à projet du CNRS pourrait à l’avenir être reproduit en cas de crise tellurique sur d’autres territoires.

Mis à jour le 
20/06/2019