IGN Magazine n°88

IGN Magazine 88

Lettre IGN MAG +

Lettre IGN MAG +

Parlons-en

De la prévision des crues à la prévention des risques, l’IGN survole et photographie les zones inondées.

2 décembre 2014

Suite aux récentes inondations qui ont durement touché le Sud de la France, et particulièrement les Pyrénées orientales, l’Aude et l’Hérault, le SCHAPI (Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations) et l’IGN se mobilisent. Répondant à une sollicitation du SCHAPI, l’avion de l’IGN a ainsi quitté la base de Creil, samedi 29 novembre, pour photographier les zones inondées au moment le plus proche du pic de crue.

Lire le document, pdf de 261 Ko

Subventions agricoles, pénalités imputées à la France

Les images aériennes de l’IGN supports de déclarations et de contrôles
13 juin 2014

L’AFP Mondiales publiait le 4 juin 2014 une information reprise par de nombreux médias, au sujet de la négociation entamée par La France avec Bruxelles sur la baisse des pénalités (1,8 milliards d’euros) qui lui sont imputées par la Commission européenne « pour avoir touché des subventions agricoles indues. » (…) « Le litige porte notamment sur la taille des parcelles éligibles aux aides de la PAC, la Politique agricole commune, dont l’Hexagone et le premier bénéficiaire » (1). L’IGN, cité par l’AFP, est l’Institut qui fournit les images aériennes sur la base desquelles les exploitants déclarent la délimitation de leurs surfaces cultivées et la nature de leurs cultures.

Lire le document, pdf de 382 Ko
(1) extraits AFP

Réforme territoriale, quel impact sur les cartes de l'IGN ?

5 juin 2014

Ce n’est pas l’IGN qui décide du découpage administratif du territoire, mais l’État. L’IGN, opérateur de l’État, actualise en permanence ses bases de données de description du territoire. Chaque année, ce sont environ 5 % des informations de description du territoire qui sont mis à jour.

Les cartes papier :
Les mises à jour apparaissent sur les cartes papier au fur et à mesure de leur édition.
Cette édition est annuelle pour les cartes de la série Régionale au 1 : 250 000, série la plus touchée par la réforme territoriale annoncée, du fait de son découpage actuellement calé sur les régions administratives. Les modifications seront faites selon la date d’entrée en vigueur de la réforme et porteront sur :

  • Le découpage et le titre des cartes,
  • Les cartes de situation au recto et au verso des couvertures,
  • La représentation des limites de région, qui est différente de celle des limites de département.

Carte régionale IGN 2014

Les cartes en ligne :
Les modifications cartographiques traduisant le nouveau découpage administratif du territoire seront mises en ligne sur le Géoportail (www.geoportail.gouv.fr) dès la date d’entrée en vigueur de la réforme et seront instantanément accessibles à tous, et à toutes les échelles.

Le Géoportail

« Open data : pour en finir avec de fausses informations sur l’IGN ! »

Le 5 novembre 2013, la Gazette.fr publiait les premières réactions à chaud d’acteurs concernés par la sortie, le même jour, du rapport Trojette sur l’ouverture des données : l’open data.
L’IGN ainsi qu’OSM (OpenStreetMap) s’exprimaient notamment dans ces pages : cf. la Gazette.fr, rubrique : Dossiers
d’actualité : http://www.lagazettedescommunes.com/205588/le-rapport-trojette-les-acteurs-du-secteur-saluent-un-bon-point-de-depart-22/
Le point de vue exprimé par OSM nécessitait que l’IGN rétablisse quelques vérités. Chose faite, avec la publication le 6 novembre d’une tribune dans la Gazette.fr.

Lire le document, pdf de 160 Ko
 Pour aller plus loin, lire l’article dans la Gazette.fr (6 novembre 2013)

« Le « mystère des carrés blancs » du Morbihan, explications de l’IGN »

Début août 2013, la presse régionale s’enflammait autour d’un mystère, « les carrés blancs sur fond noir » peints sur les routes du Morbihan. Artistes, farceurs, extraterrestres ? Face aux interrogations des médias et de la population, l’IGN lève le voile sur le mystère des carrés blancs, explications.

Lire le document, pdf de 88 Ko

« Donner les données » : honorable intention, mais qui finance, à qui la richesse créée profite-t-elle et que devient à terme la donnée libérée ?

En réponse à la tribune interpelant l’IGN « Gratuites ou libres ? Les données ne sont pas données » parue dans le journal Libération du 26 février 2013, l’IGN apporte des informations complémentaires mais aussi matière à réflexion dans la réponse ci-dessous diffusée. Comment accompagner le mouvement open data pour stimuler la création de valeur sans faire peser un risque réel sur l’actualité des données, leur fiabilité et leur adaptation aux besoins, telles sont les questions que l’IGN aborde dans ce document.

Lire le document, pdf de 255 Ko
 Pour aller plus loin, lire également le dossier paru dans le Monde (mai 2013)

« L'IGN œuvre pour la gratuité du patrimoine géographique »

Tribune publiée le 7 février 2013 dans le journal Libération

Dans une tribune sur le projet de partenariat public privé de la BNF – « Bientôt expropriés du patrimoine commun ? » – publiée le 25 janvier 2013 dans les pages Rebonds, Libération donnait la parole à un collectif contre le projet de privatisation du patrimoine de la BnF. Dans cette tribune, les signataires faisaient référence à l’IGN en ces termes : « Dans un autre domaine d’importance stratégique, l’information géographique, alors que l’IGN vend ses informations pourtant financées par le public et tente de concurrencer Google avec son propre système, le projet libre OpenStreetMap fait la preuve de la supériorité de la collaboration sur la base des communs ». Ces lignes véhiculant une information erronée, l’IGN a de son côté publié une réponse le 7 février 2013, dans une nouvelle tribune de Libération titrant : « L’IGN œuvre pour la gratuité du patrimoine géographique ».

Lire le document, pdf de 252 Ko
 Pour consulter l’article dans Libération (février 2013)

Mis à jour le 
07/05/2015